Happy Kintsugi Day!

Le thème annuel du Kintsugi a visé toutes nos disciplines et l’ensemble de notre communauté. Ce thème, utilisé comme lentille, a permis à chacun de se refléter, pour découvrir l’or dont il a besoin pour réparer ses blessures, guérir d’une souffrance, dépasser une perte, surmonter une difficulté et remonter la pente.

Pendant les deux années écoulées, nous avons tous perdu quelque chose ou quelqu’un en chemin.

L’or de la résilience réparatrice, a visité toutes nos classes et nos enseignants se sont dépassés pour trouver avec leurs élèves, l’or caché dans leur discipline, pour faire sortir à la fin, une panoplie d’outils, de stratégies, d’idées, de montages, de textes, de discours et de dispositifs qu’ils peuvent garder et utiliser toute leur vie durant.

Notre « Happy Kintsugi Day », succédant à une semaine culturelle qui a célébré le Kintsugi au quotidien, est une journée montée, préparée et animée par nos élèves et leurs enseignants.

Elle a été lancée avec l’envol des colombes, ex-masques, de Michael Pendry, travaillés par les élèves du cycle 4 sous la tutelle de l’enseignante d’arts plastique. Ces oiseaux de l’espoir, confectionnés grâce à la technique de l’origami, ont pris leur envol pour déclarer la fin d’un éloignement qui nous a marqués pour toujours.

Au cours de cette journée, les classes ont déployé l’or de leurs recherches et projets pédagogiques, dont plusieurs ont déjà remporté des prix. L’Ours Kintsugi, Corps à cœur, Les vitrines parlantes, les Zéros Kintsugi, le mur végétal, les familles Kintsugi, les héros Kintsugi, le laboratoire de la vie, thrift shop, la 2e vie des pommes, etc. des projets que nos enfants ont construits et qui les ont marqués, à jamais : l’important c’est de rechercher en chacun de nous, l’or guérisseur.

Les visiteurs du festival se sont plu à participer à la palette des ateliers proposés, ont visité l’exposition, écouté les élèves expliquer et présenter l’achalandage pédagogique, observé le soleil et les étoiles avec notre cher responsable du club astronomie, chanté avec leur talentueux enseignant de musique, savouré des douceurs et des mets délicieux des stations de restauration tenues par les élèves de la Terminale.

Le festival, se terminant par des performances de karaoké emballantes, a continué en dépit des lumières qui se sont éteintes avant minuit. Nous sommes tous partis ce jour-là, avec un baume guérisseur dont seule l’Élysée a le secret.