Le rituel du flambeau

Une fête d’adieu aux terminales, si elle est devenue au fil du temps une tradition établie, elle est cependant très loin d’être une routine : chaque promo a son cachet spécial et fait jaillir une source de toutes sortes d’émotions, sans cesse renouvelées.

Cette année, la cérémonie d’adieu a eu lieu à l’hôtel Phoenicia, sous le haut patronage de son excellence, le Premier ministre Saad El Hariri, représenté par son excellence, le ministre des droits de la femme, Jean Ogassapian. Les mots prononcés ont tous porté sur l’importance de cette soirée qui ne met pas fin à une période de la vie d’un étudiant mais devient en fait une « fête de commencement » d’un futur qui porte les graines semées hier pour les fructifier et en cueillir les fruits.

En ce 19 juin, la soirée qui a rassemblé parents, comité des parents, élèves, enseignants et amis, a commencé par un mot de bienvenue de Mme Graziella Ikbal, suivi par les allocutions de M. Patrick Rizkallah et Mlle Gaby Melki.

Des témoignages d’élèves ont suivi où chacun a exprimé sa gratitude envers l’équipe Elysée qui leur a permis d’aller, « la tête bien faite et bien pleine » vers l’avenir : Mlle Sally Ammoury et M. Elio Mekhael, majors de promotion.

Dr. Rawan Saab, ancienne élyséenne, a mis l’accent sur le rôle essentiel de son éducation qui lui a donné des ailes pour arriver aux hauts sommets qu’elle a atteints.

Mme Rouba Samaha et M.Ogassapian ont encouragé les élèves à rêver grand et à surmonter tout ce qui pourrait entraver la réalisation de leurs ambitions. Mais l’évènement sensationnel de la soirée fut l’annonce faite par Mme Samaha qui déclara avoir reçu, quelques heures auparavant, une éclatante nouvelle : sur une dizaine d’établissements libanais, deux seulement, dont Collège Elysée, font désormais partie des établissements homologués à l’étranger.

Finalement c’est à Pleine Nature, Mansourieh, que les bacheliers ont terminé leur célébration. Entourés d’un amalgame de couleurs, ils ont dégusté des plats succulents puis ont dansé et chanté, entraînant tous les convives dans la ronde de leurs réjouissances.

Gaieté et émotion ont marqué ce départ, le seuil vers une nouvelle facette de leur vie.