Les échos d’un cœur partagé…

Olivier Sauton, auteur, comédien, metteur en scène et professeur de théâtre français, reconnu pour son talent exceptionnel qui lui a valu le Prix du public du festival d’Avignon en 2015, a récemment exprimé son amour profond pour le Liban lors de sa première visite dans ce pays.

Dans le cadre de son engagement envers ce pays qui l’a tant touché, il a été invité par le Collège Elysée, en compagnie de sa productrice, Mme Josyane Boulos, pour animer un débat intergénérationnel, orchestré par Madame Carine Lteif Mehanna, parent d’élève et modératrice, destiné aux élèves de différents niveaux, avec en audience principale les classes de 1ère. Les échanges portaient sur des thèmes aussi nobles que l’amour patriotique et la vision personnelle de l’art et de la nation.

Sauton, qui se décrit lui-même en ces termes : “Je suis Français de papier mais Libanais de cœur”, a partagé avec les élèves ses réflexions et expériences, soulignant la richesse et la complexité de son identité culturelle et artistique. Au cœur de ce dialogue, une question poignante a émergé de la part des élèves : « Quelles raisons avons-nous de perpétuer notre amour pour le Liban ? » Cette interrogation, chargée d’émotion et de pertinence, a servi de fil conducteur à la discussion, révélant les défis et les espoirs entrelacés dans l’âme du pays. Elle a fait naitre également d’autres telles que : « Comment pouvons-nous regarder le Liban avec une perspective renouvelée, un œil neuf qui reconnaît sa richesse et son potentiel ? Ce pays, dans toute sa splendeur et ses défis, ne mérite-t-il pas cette nouvelle appréciation ? … »

Cette première étape s’inscrit dans une série d’interventions organisées par l’établissement à l’occasion de la fête de l’indépendance du Liban. L’objectif de ces rencontres est de raviver l’amour patriotique chez les jeunes élyséens, en dépit des situations souvent difficiles et déchirantes que traverse le pays. La présence d’Olivier Sauton lors de cet événement est un témoignage éloquent du rôle puissant de l’art et de la culture dans la création de liens entre les peuples et dans la célébration des valeurs universelles de liberté et d’identité nationale. L’interaction ne s’est pas limitée aux échanges verbaux ; dans un moment de joyeuse communion, les élèves et Olivier Sauton ont, ensemble, fredonné une chanson de Fairuz, et se sont laissé emporter par les rythmes entraînants de la célèbre dabkeh libanaise, dans une danse unificatrice et festive.

Merci M. Sauton, votre témoignage a ravivé la flamme de notre amour pour notre patrie, nous invitant à redécouvrir sa beauté intemporelle et son riche patrimoine avec un regard neuf et émerveillé !

Loading